La Librairie Broglie est à nouveau ouverte depuis le mardi 12 mai aux horaires suivants: 

Du mardi au samedi de 10h à 13h et 14h à 18h - les lundi fermés -

Les clients sont priés de porter un masque ( fourni si besoin pour 0.50€ ) et de se désinfecter les mains à l'entrée unique du magasin.

Pour tous renseignements : 

librairie.broglie@orange.fr

 

Catherine Schunck

Biographie

Catherine Schunck est d’origine périgourdine, François Schunck est d’origine alsacienne. Voilà qui explique leur intérêt commun pour la venue des Alsaciens en Dordogne… Parmi les nombreuses publications qui rendent compte de leurs travaux, citons : D’Alsace en Périgord, histoire de l’évacuation 1939-1940 (2006), Repas alsaciens en Périgord au temps de l’évacuation, 1939-1940 (2008), Alsace-Périgord, le choc cultuel (2009), Réfugiés alsaciens et mosellans en Périgord sous l’Occupation, 1940-1945 (2012), 1940 en Dordogne, année de ruptures (2015).Le 18 mai 1984, les maires de Strasbourg et de Périgueux signaient la charte qui fait de Strasbourg et de Périgueux deux « villes sœurs ». Le 16 décembre 1989, à l’occasion du cinquantenaire de l’évacuation des Alsaciens en Périgord, Yves Guéna concluait ainsi son discours : « Allons, rien n’a changé depuis un demi-siècle dans l’amitié entre nos deux villes. Nous étions la main dans la main au temps de la guerre et du malheur. Nous voici côte à côte dans le temps du bonheur et de la paix. Allons, rien n’a changé depuis trois siècles dans l’attachement de l’Alsace à la France, dans l’amour de la France pour l’Alsace. Vive Périgueux, vive Strasbourg ! Et vive la France ! » Quatre-vingts ans après l’Évacuation, les témoins disparaissent les uns après les autres, les lieux changent, les faits s’obscurcissent : le temps des commémorations touche à sa fin. Pourtant, l’éclairage porté par les historiens sur cette migration passée ne peut qu’être bénéfique pour comprendre et faciliter celles qui se profilent à l’horizon… Les historiens Catherine et François Schunck explorent avec rigueur cette page d’histoire locale. Ils nous livrent leur analyse en deux grandes parties, remarquablement documentées : « Le temps de la cohabitation », suivi par « Le temps du souvenir ». Une iconographie très riche, et souvent inédite, contribue à faire de cet ouvrage un document incontournable.

Contributions de Catherine Schunck