Lucky Luke., 24, Lucky Luke - Tome 24 - Fiancée de Lucky Luke (La)
EAN13
9782884710152
ISBN
978-2-88471-015-2
Éditeur
Lucky comics
Date de publication
Collection
LUCKY COMICS (24)
Séries
Lucky Luke. (24)
Nombre de pages
46
Dimensions
3 x 2 x 0 cm
Poids
335 g
Langue
français
Code dewey
741.5
Fiches UNIMARC
S'identifier

24 - Lucky Luke - Tome 24 - Fiancée de Lucky Luke (La)

De ,

Lucky comics

Lucky Comics

Offres

Autres livres dans la même série

Tous les livres de la série Lucky Luke.
Ce personnage immortel parcourt depuis 1947 (44 ans !) l'histoire de l'ouest américain. Il y a rencontré des personnages célèbres (Jesse James, Calamity Jane, Billy the Kid, Sarah Bernhardt...). Lucky Luke est l'homme des missions impossibles, le défenseur des pauvres, des veuves et des orphelins, bref le parfait héros ! Son cheval, Jolly Jumper, est un parfait compagnon de ce "poor lonesome cowboy". Les frères Dalton se dressent perpétuellement sur le chemin de Lucky Luke ce qui permet à ce dernier de les poursuivre continuellement et de les confier à la justice. Autre personnage traditionnel de la série : Rantanplan, le chien le plus bête du farwest qui a vécut de façon autonome 2 albums. Lucky Luke est, avec Astérix et Tintin, le plus célèbre personnage de l'histoire de la BD : cette série, accessible à tous, est devenu un mythe grâce à Morris et Goscinny. Ce personnage a fait l'essentiel de sa formidable carrière dans les pages de SPIROU, PILOTE et LE JOURNAL DE LUCKY LUKE. Une exploitation merchandising et audiovisuelle (dont aux États-Unis) a permis d'introduire Lucky Luke auprès d'une très large couche de la population et auprès de plusieurs générations de lecteurs. A noter qu'après la disparition de Goscinny, plusieurs scénaristes ont travaillé sur la série : Vicq, De Groot, Fauche et Léturgie, Lodewijk, Lo Hartog Van Banda et Vidal. L'essentiel des albums se trouvent chez Dupuis et Dargaud., la nouveauté chez Lucky Productions.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Guy Vidal