La Librairie Broglie est à nouveau ouverte depuis le mardi 12 mai aux horaires suivants: 

Du mardi au samedi de 10h à 13h et 14h à 18h - les lundi fermés -

Les clients sont priés de porter un masque ( fourni si besoin pour 0.50€ ) et de se désinfecter les mains à l'entrée unique du magasin.

Pour tous renseignements : 

librairie.broglie@orange.fr

 

La doublure

La doublure

Meg Wolitzer

Rue Fromentin

  • 24 mars 2017

    couple

    Ce roman pourrait être un roman sur le difficile métier d’écrivain, ou plutôt de femme d’écrivains.

    Mais il est, pour moi, un roman sur le couple.

    La narratrice accompagne son mari pour la remise de son Prix à Helsinki récompensant l’ensemble de son oeuvre littéraire. Dans l’avion, puis lors de la remise du Prix et de la réception, elle nous raconte sa rencontre avec ce professeur de littérature qui deviendra son mari.

    Elle nous parle de ses choix de femme : élever ses enfants, accompagner son mari (même dans ses démarches les plus extravagantes pour ses recherches littéraires).

    Mais, au fil des pages, et en regardant le titre, on se doute que Joan ne nous dit pas toute la vérité sur les vrais rapports dans son couple.

    J’ai aimé retrouver le récipient en verre plein de bonbons à la menthe ; les livres jamais lus qui se retrouvent chez le bouquiniste.

    J’ai moins goûté la présence des noix et autres noisettes que Joe mange à tout bout de champ.

    L’image que je retiendrai :

    Celle de Joan demandant à la reine de Finlande si elle aime sa vie….

    Alex Mot à Mots


  • par (Libraire)
    25 mai 2016

    La doublure

    Joan part vers Helsinki avec son mari qui va recevoir un prix prestigieux pour l'ensemble de son oeuvre. Elle a décidé de le quitter. Grâce à une écriture qui distille avec finesse l'histoire de ce couple, le lecteur sera entraîné vers une fin surprenante et machiavélique. Delphine, libraire littérature.


  • 22 février 2016

    La doublure

    Épuisée d'être la femme de l'ombre d'un mari écrivain à la carrière couronnée de succès et volage de surcroît, Joan décide de le quitter.
    Malgré tout, un secret lie les époux.
    Meg Wolitzer, à la plume drôle et acérée, signe avec ce roman, un plaidoyer pour l'émancipation féminine.
    Florence


  • 19 janvier 2016

    Joan soixante-quatre décide de quitter son mari alors qu’ils sont à bord d’un vol en direction de la Finlande. Son mari, Joe, écrivain va y recevoir un prix. Elle l’a connue quand elle était étudiante et lui professeur dans les années 60. L’étudiante douée est tombée amoureuse du professeur (mari et père) et ils ont fui ensemble. Une vie de couple démarrée sans bien matériel mais le premier roman de Joe va connaître un grand succès et lancer sa carrière. Joan démissionne de son travail pour se consacrer à sa famille et à Joe. Contrairement aux épouses des autres auteurs, elle est toujours aux côtés de Joe lors des lectures ou autres participations littéraires. Un monde où les femmes écrivains sont rares et sont sous-considérées la plupart du temps par les auteurs masculins.
    Trois enfants et des petits-enfants, des activités associatives mais cette vie ne convient plus à Joan. Ou alors est-ce Joe le grain de sable ?

    Le titre un brin trop évocateur laisse présager ce que l’on apprendra bien plus tard. Mais ce serait un tort de considérer Joan comme une épouse passive car elle n’a pas pas dit son dernier mot et nous révèle beaucoup de choses.

    En dressant le portait de cette femme qui a soif de liberté le tout dans un contexte essentiellement masculin, Meg Wolitzer nous dépeint avec ironie le petit monde de la création littéraire, mais aussi avec lucidité et finesse, la place de la femme.
    Malgré un faux air de déjà lu, un roman à découvrir !