• 31 mars 2016

    Alors soyons honnête, pour une suite écrite par un autre auteur, ce n'est pas raté. On suit cette histoire de vol informatique mettant en scène un enfant autiste avec un certain intérêt. Les rebondissements se suivent mais ne monopolisent pas le récit. Pour autant, je doute qu'il satisfasse les fans de Millenium. Mikael Bromvist est sympathique alors que je le trouve insupportable dans la trilogie (sauf quand il est joué par Daniel Craig, mais ça, c'est une autre histoire), l'intrigue est trop simple. On s'arrache un peu les cheveux parfois à comprendre certaines pages de la trilogie; ici, rien de la sorte. Et puis surtout, et c'est là que pour moi, le bât blesse, le personnage de Lisbeth n'a pas cette épaisseur qui fait la force de la trilogie.

    Si vous avez aimé la trilogie sans avoir forcément eu envie de casser les pieds de votre entourage pour qu'ils le découvrent, il est fort possible que vous aimiez ce polar. Si vous êtes comme moi, vous resterez avec un petit goût de frustration. Heureusement, la lecture d'Emmanuel Deconinck est à la hauteur de la trilogie qu'il lit aussi pour Audiolib.


  • par (Libraire)
    18 mars 2016

    Une suite magistrale où l'on retrouve les personnage de Millenium avec plaisir ! Une belle réussite.


  • 19 novembre 2015

    policier, Suède

    J’hésitais un peu à lire la suite des aventures de Mikael Blomqvist et Lisbeth Salander. Mais, au fur et à mesure de ma lecture, j’ai compris pourquoi l’auteur premier ne pouvait pas laisser ses personnages là.

    J’ai beaucoup aimé cette suite, quelque peu différente stylistiquement parlant, mais c’est normal. J’ai trouvé le style plus fluide et le propos plus net.

    Cette fois-ci, Lisbeth est opposée à sa soeur jumelle.

    Et même si je n’ai rien compris aux séries mathématiques, je n’ai pas boudé mon plaisir.

    L’image que je retiendrai :

    Celle de la tempête de neige qui bat son plein pendant tout le déroulement de l’action. Winter is coming….

    Quelques citations :

    « Que ce qui compte, ce n’est pas de croire en Dieu. Dieu n’est pas mesquin. Ce qui compte, c’est de comprendre que la vie est précieuse et riche. Nous devons l’apprécier et essayer de rendre le monde meilleur. Celui qui trouve l’équilibre entre les deux est proche de Dieu. » (p.174)

    « Que ce qui caractérise l’être humain, ce sont ses contradictions. On rêve à la fois de partir et de revenir.(…) Etre vivant, c’est manquer de cohérence, partir dans différentes directions. » (p.400)

    http://alexmotamots.wordpress.com/2015/11/07/millenium-4-ce-qui-ne-me-tue-pas-david-lagercrantz


  • par (Libraire)
    15 octobre 2015

    Quelle plaisir de retrouver Lisbeth et Michaël Blomkvist, après plusieurs années ils n'ont rien perdu de leur férocité. Avec des thèmes actuels, comme l'intelligence artificielle et l'espionnage industriel, l'intrigue s'avère prenante, haletante et très documentée.
    Ceux qui ont aimé les précédents opus ne devraient pas être déçus....


  • par (Libraire)
    26 septembre 2015

    Efficace

    Mikaël Blomkvist est à la recherche du reportage qui pourrait sauver sa chère revue Millénium.
    Au même moment, Lisbeth Salander utilise ses talents de hacker de génie pour faire justice en piratant des sites et des personnalités nocives.
    Et voilà qu'un brillant chercheur est assassiné sous les yeux de son fils autiste...
    Un thriller au rythme frénétique où l'on retrouve avec fidélité les personnages créés par Stieg Larsson.
    La suite d'une série culte qui tient ses promesses : fidèle à l’esprit Larsson et intrigue haletante !


  • 11 septembre 2015

    Oui... mais

    Ce livre serait-il génial, le processus indécent ayant abouti à son écriture est uniquement mercantile. Il s'agit pour la maison d'édition Norstedtsd de renflouer ses caisses vides. Pour cela elle n'a pas hésité à trahir de la façon la plus éhontée Stieg Larsson. Des écrivains suédois conspuent le procédé, ils y voient 'une insulte à l'homme qui détestait notre société d'hyperconsommation" et soutiennent sa compagne qui dénonce cette démarche "grotesque" "opportuniste et cupide" à l'opposé des convictions de son compagnon.


    Norstedts et Actes Sud ne ressortent pas grandis de cette cupidité décomplexée, les excuses invoquées (hommage!!) rajoutant à l'obscénité de la manoeuvre.

    Les héritiers, frère et père de Larsson, nous avait déjà habitué à un comportement abject, la trahison est sans limites!

    Si on a apprécié Stieg Larsson, l'écrivain et l'homme pour son courage et ses idées, on ne peut que boycotter ce livre parasite qui fait honte à l'édition.


  • par (Libraire)
    4 septembre 2015

    David Lagercrantz, connu en France pour le livre "Moi, Zlatan Ibrahimovic", reprend avec brio le flambeau du créateur de Millénium, Stieg Larsson. On peut contester l'existence d'une suite que la compagne de ce dernier désapprouve et les fans de la série choisiront peut-être d'en rester là. Il n'en demeure pas moins que Lagercrantz fait ici un travail d'orfèvre, respect des personnages, intrigue ultra-contemporaine qui tient la route, qualités visuelles des scènes d'action avec changements de points de vue dignes d'un grand cinéaste, jeux subtils et jubilatoires avec les codes du genre; jusqu'à la fin ouverte sur une suite potentielle mais néanmoins soigneuse de clore l'épisode vécu. Le personnage d'August Balder jeune fils autiste d'un père génial qui en sait trop est particulièrement touchant et bien saisi.

    nb. : Peut parfaitement être lu sans avoir lu les trois premiers tomes ni vu la série.


  • 4 septembre 2015

    **" il fallait que j'accepte de ne pas écrire comme Stieg Larrson "**

    Courageux ou kamikaze David Lagercrantz ?! Après Zlatan Ibrahimovic, il s’attaque à un autre mythe, « Millenium », le roman qui a fait souffler sur le monde du polar un vent meurtrier et suscité d’innombrables vocations chez les écrivains nordiques.

    Petit rappel en chiffres de ce phénomène d’édition : le premier volume de la trilogie suédoise a paru en 2005, quelques jours après la mort brutale (crise cardiaque) de son auteur, Stieg Larsson qui n’avait que cinquante ans. Les deux autres volumes sont sortis en 2006 et 2007 et, depuis, le tout s’est vendu à 82 millions d’exemplaires dans le monde.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u