Marthe ou les beaux mensonges

Marthe ou les beaux mensonges

Nicolas d'Estienne d'Orves

Calmann-Lévy

  • 22 janvier 2019

    femme

    Marthe Robert : je savais qu’elle avait fait fermer les maisons closes en un temps ou je n’étais pas née. Mais qu’avait-elle fait d’autre qui nécessite un roman biographique entier ?

    Je suis ressortie de ma lecture époustouflée : quelle femme ! Quelle énergie !

    Alors oui, elle a été elle-même « employée » de maison close, avant de s’enfuir. Mariée deux fois, deux fois veuve, elle a été une des premières femmes à obtenir son brevet de pilote de l’air.

    Si ses passages dans les services secrets français m’ont paru rocambolesques, certaines situations auraient pu lui faire perdre son sang-froid ou son aplomb.

    Collabo / résistante ? La période est trouble et au fond, peu importe maintenant.

    Mais femme de caractère jusqu’au bout. D’ailleurs, sa mère pensait être enceinte d’un dragon….

    L’image que je retiendrai :

    Celle des deux accidents qui auraient pu lui coûter la vie (un d’avion l’autre de voiture). Mais elle remonte en selle.

    Quelques citations :

    Ce que j’allais faire ? Où j’allais aller ? Ce que serait mon existence dans deux jours, dans deux heures, deux secondes ? Je n’en savais rien et cet inconnu me grisait. (p.33)

    Le combat pour les femmes est tout autres : c’est un défi permanent. Il ne s’agit pas de prouver que l’on peut faire aussi bien que les hommes, mais que l’on peut faire mieux. L’égalitarisme est une restriction. (p.164)

    https://alexmotamots.fr/marthe-ou-les-beaux-mensonges-nicolas-destienne-dorves/